Le cas Billie... Ou le projet qui a bien faillit devenir le boulet de plus.

 

J'ai acheté ce tissu sur un coup de coeur, une viscose, des fleurs, un éclairage de merde, il n'en fallut pas plus et comme la 1ère fois que je l'ai vu, il ne passait pas dans le budget et je n'avais pas le temps de le coudre, je suis revenue une deuxième fois...Après, comme les souvenirs peuvent souvent embellir la réalité, toute à d'autres projets, je repensais à ce joli coupon que je devais vite-vite coudre ah ah ah... et quand le temps fut venu et que je l'ai revu à la lumière du jour et sans GHB, je me suis dit qu'il fallait vraiment le coudre vite-vite pour qu'il ne prenne pas lui aussi racine au fond d'une armoire sinon mes petits-enfants qui devront un jour vider le grenier me maudiront ou se foutront de la gueule de mémé et de ses goûts douteux ( rayer la mention inutile ).

Je n'avais pas d'idée particulière pour ce tissu, j'aimais son contact, mais bon, je sortais d'un projet robe, alors il me fallait autre chose, pis accessoirement les couleurs Zautomnales pour une robe ultra légère, bof, dans mon esprit furetonnien cela n'était pas compatible, je suis devenue trop frileuse pour ça.

Je gagne toujours à refeuilleter mon autre colossal stock, celui des magasines ( d'ailleurs si quelqu'un ou une me lit et ne sait pas quoi faire de son maison victor été 2014 ayez une pensée pour moi, j'achète ou j'échange ).

Bref, cette blouse croisée qui ne m'avait jamais vraiment tapé dans l'oeil du maison victor hiver 2014, ( j'ai crû comprendre qu'elle avait fait fureur à sa sortie, mais moi je devais être dans un bunker à attendre la fin du monde ou dans une autre dimension parce que ça m'avait complètement échappé ce mouvement de foule ). En tout cas, le projet prenait forme, j'ai même commencé à le travailler, la coupe s'est avérée un super tétris Aïe-Laiveul et m'interdisant le droit à l'erreur, ce qui ne m'a pas empeché d'en faire, n'ayant pu faire le biais dans le biais, la longueur n'était pas suffisante et j'ai coupé les poignets dans la perpendiculaire du droit fil, ( ouais, j'suis une guedin moi, la déglingos de la couture )  heureusement que le motif est ultra-chargé, ça ne se remarque même pas. 

Puis, je me suis ensuite retrouvée à regarder les schémas ( *soupir* * solitude** unangepasse* vitedonnemoidelalcool) et lire et relire les explications car il eût été trop simple que je comprenne du premier coup, mais c'est surtout que je refusais ce que je visualisais tellement cela me semblait moche en terme de finitions et risqué en terme de tissu. ( Il parait qu'en psycho c'est un mécanisme d'auto-défense, un genre de déni quoi ).

J'ai tenté la question en forum, à priori, il n'y a que les furets qui ont des moments d'hésitations sur l'ourlet rapporté cousu seulement en bas. En tout cas, avec mon biais trop petit, ça ne fonctionnait pas, ça pendait aussi vilainement que sur la photo du mag ( c'est ça je crois que j'aime le plus dans cette revue, c'est que leur photos montrent vraiment le résultat final même quand c'est un peu caca ) je l'ai donc fixé en haut aussi avec un soupir je crois bien.

Je vous dis ça, la blouse était coupée avant noël hein...j'ai dû la finir fin janvier en m'interdisant de commencer quoique ce soit d'autre tant que ce boulet n'était pas achevé mais pour le coup, c'est moi qui suis achevée car n'ayant pas fait beaucoup d'essayage (ou juste pas en fait ) il m'avait échappé qu'elle était trop longue...de 10 bons centimètres, j'ai beau avoir du sang belge et les épaules qui vont avec, je n'ai pas la hauteur sous plafond visiblement. J'ai voulu la reprendre et en la repassant avant de passer à l'action, j'ai constaté qu'elle avait fait les frais d'un accident de lavage et j'ai de sales auréoles crasseuses dessus. On le remarque à peine vu le motif tapisserie bien chargé mais ça m'a dégoutée donc... elle restera sans doute comme ça.

DSC_1007

DSC_1003

 

 

 

DSC_1008

DSC_1010

DSC_1027

L'observateur attentif constatera que le poignet n'a pas été coupé dans le bon sens